Pérou

La danse des ciseaux est une danse indigène originaire de la région d’Ayacucho et qui par la suite s’est étendue aux régions de Huancavelica et Apurimac. Existante dès l’époque préhispanique, les danseurs ont été poursuivis à l’époque coloniale et se sont réfugiés sur les hauteurs du pays. Selon les prêtes et les paysans cette danse était assurément l’expression d’un pacte avec le diable. Peu à peu au fil du temps, la danse fut réintroduite dans les fêtes qu’elles soient religieuses ou non. Aujourd’hui c’est une danse rituelle, magico-religieuse qui représente à travers ses chorégraphies, différents esprits.
Les danseurs tiennent dans la main droite les « tijeras » et les entrechoquent tout en dansant. Les « tijeras » sont en fait deux plaques indépendantes de métal d’environ 25 cm de longueur et qui, jointes, ressemblent à une paire de ciseaux, d’où leur nom. L ‘accompagnement musical se fait au violon et à la harpe.
L’enseignement de cette danse se transmet de génération en génération. Elle s’initie durant l’enfance et devient pratiquement un sacerdoce.
Déjà reconnu depuis 1995 comme patrimoine de la nation péruvienne, cette danse a été promulguée le 16 novembre 2010 par l’UNESCO comme Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité.